Prenez
Rendez-vous!
Conseils santé

L’épreuve du Grand Défi est un pentathlon non-tradionnellqui a lieu depuis 15 ans à Victoriaville. Relever ce défi peut prendre entre 2 heures et 4 heures selon le volet que vous choisirez (participatif ou compétitif).  La préparation physique est donc primordiale. Voici quelques trucs pour éviter de vous retrouver sur la liste des blessés.

  • Débutez votre entraînement plusieurs mois à l’avance. Ce n’est pas parce que vous avez joué au volleyball tout l’été que vous êtes prêt pour ce pentathlon! L’entraînement doit être spécifique aux sports que vous aurez à exécuter car les muscles impliqués sont très différents d’une discipline à l’autre.
  • Vous devez débuter votre saison d’entraînement graduellement. On doit travailler le volume avant l’intensité. Ainsi commencer la saison à des allures relativement faible et augmenter graduellement les distances. Par la suite, vous pourrez augmenter l’intensité de vos entraînements.
  • Alternez les disciplines. Le fait changer de sports d’une journée à l’autre donnera une chance à votre corps de guérir des micro-blessures engendrées lors de  vos entraînements.
  • Bien vous échauffer avant chaque entraînement. Pour ce faire, débutez à faible allure pour laisser le temps à vos muscles et articulations de se réchauffer. Gardez les étirements pour la fin.
  • Lorsque votre saison est bien amorcée, entraînez-vous à enchaîner les disciplines pour habituer votre système aux épreuves de longue durée.  Ce n’est pas parce que vous êtes en mesure de faire chaque épreuve individuellement que vous serez capable de les faire en séquence !
  • Évitez d’augmenter trop rapidement l’intensité ou la fréquence de vos entraînements. Ce sont les erreurs les plus courantes que je retrouve dans ma pratique et qui engendrent des blessures. Au besoin, relisez la fable du lièvre et de la tortue!

Si malgré tout, au cours de la saison, une blessures survient, voici quelques conseils :

  • Glace : À mettre le plus tôt possible lors de l’apparition d’une douleur.
  • Repos : ce terme que détestent les sportifs est très relatif.  Vous pouvez pratiquer les activités qui ne reproduisent pas la douleur. 
  • Élévation et compression s’il y a présence d’enflure.
  • Ne suivez pas l’adage du « no pain, no gain »!  Dans les 2 premières semaines suivant une blessure, mieux vautéviter de reproduire la douleur.  Le corps essaie de guérir, donnez lui une chance!
  • Lorsque la douleur s’atténue, évitez de « tester la blessure ».  Reprenez plutôt graduellement l’activité en respectant vos limites.
  • Si la condition ne s’améliore pas, ou que vous êtes à quelques semaines de la compétition, n’hésitez pas à consulter un physiothérapeute spécialisé dans le domaine sportif ou un thérapeute du sport. Ils sauront vous aider à reprendre le plus rapidement votre entraînement.

Ce n’est pas la dernière semaine avant la compétition qu’il faut vous pousser au maximum.  Vous devriez déjà être au meilleur de votre forme!

Bon entraînement à tous

Retour

Inscrivez-vous à notre infolettre

De précieux conseils pour votre santé, des offres exceptionnelles, ne manquez rien de l’actualité Physio-Santé!

connectez-vous à nous