Prenez
Rendez-vous!
Conseils santé
L’entorse de la cheville, parfois appelée foulure, est une blessure fréquente. Elle survient souvent dans les sports comprenant des changements brusques de direction ou lors de réceptions de sauts, mais elle peut également survenir dans la vie de tous les jours lorsque l’on marche sur une surface inégale. L’entorse est causée par un mouvement allant au-delà de l’amplitude permise par les structures autour de l’articulation. L’entorse entraîne d’emblée une atteinte au niveau des ligaments, mais peut aussi endommager les muscles, le cartilage et les nerfs. Les ligaments pourraient être comparés à de petites cordes (bandes fibreuses) qui empêchent la cheville d’aller trop loin dans différentes directions. Selon le mécanisme de blessures, certains ligaments risquent d’être davantage touchés que d’autres. Ainsi, l’entorse peut être gradée selon le niveau d’atteinte du ligament :
 
  • Grade 1 : ligament toujours stable, mais douloureux
  • Grade 2 : ligament partiellement déchiré, instabilité légère-modérée
  • Grade 3 : ligament complètement déchiré, instabilité modérée-sévère
Les entorses sont fréquentes, mais peu de gens consultent, sauf dans les cas d’entorses sévères. Pourtant, selon une étude de Johnson et Al en 2006, 50% des entorses auront des séquelles, dont l’instabilité chronique.  Il est vrai que les entorses légères guériront assez bien seulement avec du temps, du repos et de la glace. Cependant, même dans les cas d’entorses légères, certaines atteintes favoriseront les entorses à répétition. Parmi celles-ci :
 
  • Une faiblesse de certains muscles présente avant ou causée par l’entorse
  • La diminution de la stabilité de l’articulation causée par les déchirures partielles ou complètes des ligaments
  • Une diminution de la proprioception
La proprioception est la capacité du cerveau à savoir dans quelle position se retrouve chaque partie du corps, ce qui permet d’ajuster les mouvements afin d’éviter d’aller dans des positions extrêmes. Ce processus est possible grâce à de nombreux récepteurs qui envoient des informations au cerveau via les nerfs. Cependant, certains de ces récepteurs sont atteints lors des entorses, ce qui diminue la capacité d’adaptation de l’articulation et favorise les épisodes d’entorse à répétition.
 
Notre rôle, en réadaptation, consiste, en premier lieu, à diminuer la douleur et l’enflure qui vous ont incité à consulter. Cependant, nous nous donnons aussi comme mission de prescrire des exercices adaptés pour augmenter la force, la mobilité et le contrôle neuro-musculaire (proprioception) afin de vous aider à retrouver vos capacités pré-lésionnelles.  Votre cheville sera alors plus stable et vous diminuerez  les risques de récidive.  Voilà les raisons pour lesquelles une prise en charge précoce et adéquate est privilégiée.
Retour

Inscrivez-vous à notre infolettre

De précieux conseils pour votre santé, des offres exceptionnelles, ne manquez rien de l’actualité Physio-Santé!

connectez-vous à nous